Réfection de faîtage

Selon le type de matériau utilisé, la réalisation du faîtage fait appel à diverses techniques :

Toiture en tuiles traditionnelles : on utilise des tuiles identiques, disposées à cheval au sommet des deux versants. Ces tuiles sont dites faîtières bien qu’il s’agisse de tuiles strictement identiques aux autres tuiles utilisées. Toutefois, on utilise parfois en faîtage des tuiles de même forme mais de plus grandes dimensions. Les tuiles de faîtage sont traditionnellement bâties au mortier. La tendance actuelle est de disposer en chevauchement du vide de jonction des versants un dispositif d’étanchéité supplémentaire (closoir) qui garantit mieux l’étanchéité et comportant des orifices qui contribuent à la ventilation des combles. Les tuiles faîtières dissimulent ce dispositif pour préserver l’esthétique de la couverture.

• Toiture en tuiles industrielles : des tuiles faîtières spécifiques permettent d’assurer la jonction des deux pans de toit.

Toiture en ardoises ou en plaques de zinc : on utilise généralement dans ce cas des bandes de zinc pliées en deux dans le sens de la longueur, posées à cheval sur les deux pans de toit à couvrir, (ou encore des tuiles faîtières pour les toitures en ardoise). On peut aussi faire se croiser les ardoises et sculpter les morceaux d’ardoises qui dépassent (lignolets).

Dans les constructions traditionnelles en dur, on préfère réaliser des faîtages linéaires, en minimisant le nombre de points d’inflexion de la ligne faîtière. Ceci permet une mise en oeuvre plus simple des matériaux et de garantir une bonne étanchéité. Les faîtages courbes peuvent cependant exister, au prix de l’utilisation de bandes de métal ou de matériaux composites avec une mise en forme appropriée.

Nous sommes à votre service !
nicolascerisier@free.frRéfection de faîtage